nlfren
PRINT
SITEMAP | DISCLAIMER
About Us   Practice Areas   Lawyers   Co-ordinates   News   Jobs   General conditions  
RÉGULARISATION FISCALE: FORMULAIRES POUR « MONTANTS NON-SCINDÉS » PUBLIÉS AU MONITEUR BELGE (M.B. 31/07/2017)
 
Le 23 mai 2017, le Gouvernement fédéral et le Gouvernement flamand ont conclu un accord de coopération sur les « montants non-scindés » relatifs au capitaux fiscalement prescrit. L’accord entre l’Etat fédéral, la Région Bruxelles-Capitale et la Région wallonne est, lui, conclu depuis le mois de février 2017. Les formulaires-modèles nécessaires ont donc été publiés au Moniteur belge du 31 juillet 2017.

C’est une bonne nouvelle. Non seulement pour les Belges qui, jusqu’à présent, s’imaginaient hors du champ de vision du fisc belge, mais aussi pour ceux qui ont déjà introduit une déclaration-régularisation fiscale sur base de la DLU-quater avant le 1er août 2017 (loi du 21 juillet 2016 visant à instaurer un système permanent de régularisation fiscale et sociale) dont le capital d’origine était de nature mixte, mais dont les dossiers n’avaient pas encore pu être traités, justement en raison de l’absence d’un accord de coopération.

Paste here using CTRL+VPour le premier groupe, c’est-à-dire ceux qui pensent que des comptes (bancaires) dissimulés – à l’étranger, cachés ou non dans des structures – ne seront jamais découverts, il est important de rappeler qu’à partir de septembre de cette année (dans 1 mois donc !), un échange de renseignements international automatique plus large et plus global sera mis en route, en particulier sur base de la directive d’assistance élargie et du CRS (Common Reporting Standard). En 2018, la capacité d’action sera doublée jusqu’à près de 90 Etats participants. Vous pouvez consulter la liste actuelle des différents Etats participant à l’échange-CRS sur ce lien.

Les accords de coopération susvisés concernent les « montants non-scindés », autrement dit les montants qui ont échappé aussi bien aux impôts fédéraux (p.ex. précompte mobilier) qu’aux impôts flamands, bruxellois ou wallons (p.ex. droits de succession), et pour lesquels le déclarant n’est pas capable d’effectuer une répartition précise.

Les accords de coopération partent de la présomption que 50% du capital d’origine relève d’impôts fédéraux, et les 50% restants des impôts régionaux. Le prélèvement de régularisation sur cette partie de la régularisation fiscale sera donc réparti de manière égale entre l’entité fédérale et l’entité régionale.

En pratique, la régularisation fiscale de tels capitaux mixtes s’effectue par un formulaire séparé, appelé « Volet 3 ».

Le déclarant doit prouver que le montant qu’il veut faire régulariser ne peut pas être scindé, ainsi que l’a expliqué le Ministre flamand Tommelein dans un communiqué. Cela ne nous semble pas être une tâche particulièrement difficile, puisque quasi personne ne conserve des documents bancaires et fiscaux vieux de 10 à 20 ans, et encore moins des documents plus anciens.

Il est à noter que cette mesure de faveur pour les capitaux non scindés n’est possible que jusqu’au 31 décembre 2020. Elle est donc temporaire, contrairement à la législation de régularisation fédérale qui est permanente.

En Wallonie et à Bruxelles, sont ainsi régularisables les capitaux provenant de successions ouvertes avant le 1er janvier 2017 et les capitaux provenant d’actes auraient être soumis à l’enregistrement avant le 15 juin 2017 (voir le Décret wallon du 1er juin 2017 et l’Ordonnance bruxelloise du 13 juillet 2017).

En Flandre, ce sont les infractions commises avant le 1er août 2016 qui sont visées par la régularisation (voir le Décret du 10 février 2017).

En raison de l’élargissement considérable (dans un mois) de l’échange international de renseignements susvisé, il n’y a toutefois pas intérêt à attendre avant de procéder à une rectification spontanée. En effet, celui qui « est vu » par le biais de cet échange est « doublement vu » : il ne peut plus recourir à la régularisation parce qu’elle doit s’effectuer de manière spontanée, préalablement à tout contrôle.

La déclaration « Volet 3 » doit être déposée au Point de contact fédéral (PCF – rue de la Loi 24 – 1000 Bruxelles). Ce point de contact est une solution simple, « one stop shop », dans une matière particulièrement complexe et délicate.

Formulaires



12-11-19 Valse hybrides: eindelijk duidelijkheid (min of meer)
Zogenaamde “valse” hybride auto’s worden vanaf volgend jaar fiscaal behandeld als een overeenstemmend model zonder hybride technologie. Bijna twee jaar na de aankondiging van de maatregel weten we nu wat een “overeenstemmend” model is. Althans in theorie. In de praktijk zal het wachten zijn op de lijst die de fiscus binnenkort publiceert.....read more
 
12-11-19 Nieuwe antimisbruikbepaling: fiscus krijgt dan toch ongelijk
Met de oude versie van de algemene antimisbruikbepaling (artikel 344, §1 WIB 1992) leek de fiscus in de rechtspraak vaak bot te vangen. Daarom werd die bepaling in 2012 herschreven. Bedoeling was om het toepassingsgebied te verruimen, zodat de fiscus er vaker gebruik van zou kunnen maken. Afgaand op de eerste vonnissen in eerste aanleg, leek die ambitie waargemaakt te worden. Maar nu voor het eerst een hof van beroep zich uitspreekt, blijkt de fiscus minder reden tot juichen te hebben.....read more
 
05-11-19 Kostenaftrek voor flat aan zee: discussie gesloten?
Onlangs heeft het Hof van Cassatie een negatief oordeel geveld over een vruchtgebruikconstructie en over de aftrek van kosten voor vastgoed dat in een vennootschap zit. Dat arrest heeft ruime weerklank gevonden in de media. Op het eerste gezicht wordt het moeilijker voor vennootschappen om nog kosten af te trekken voor woningen die ter beschikking staan van de bedrijfsleider voor privégebruik of die verhuurd worden aan derden. Het Hof van Cassatie brengt in elk geval een interessante nuance aan bij zijn fameuze “midzomerarresten” van 2015. Maar de discussie is daarmee nog lang niet gesloten.....read more
 
02-10-19 Regeling aanslag geheime commissielonen bevat discriminatie
Een vennootschap die (bijv. aan haar bedrijfsleider) een voordeel verstrekt waarvoor ze geen fiches opmaakt, kan aan de aanslag geheime commissielonen ontsnappen als de genieter van het voordeel ondubbelzinnig geïdentificeerd wordt binnen 2,5 jaar. Maar wat als de genieter kort na het verstrijken van die termijn alsnog geïdentificeerd wordt en de fiscus hem toch nog kan belasten? Volgens het Grondwettelijk Hof zou het al dan niet respecteren van die termijn geen verschil mogen maken. Het is niet de bedoeling dat de afzonderlijke aanslag tot dubbele belasting leidt.....read more
 
website by webalive