nlfren
PRINT
SITEMAP | DISCLAIMER
Présentation   Domaines d'activités   Lawyers   Coordonnées   Nouvelles   Jobs  
NOUVELLE REGULARISATION FISCALE
 
Le Parlement fédéral a voté le 1er juillet 2016 une nouvelle loi visant à instaurer un système permanent de régularisation fiscale et sociale. Cette loi a été publiée au Moniteur belge le 29 juillet 2016 et est entrée en vigueur le 1er août 2016. La procédure actuelle de régularisation est un développement de la procédure de régularisation de 2013, avec il est vrai quelques modifications conséquentes.

Pour qui et quoi ?

Aussi bien les particuliers que les personnes morales peuvent régulariser au Point de contact-régularisation les revenus, sommes, opérations-TVA, autres revenus et montants de sécurité sociale qui n’ont pas été déclarés. Les capitaux fiscalement prescrits peuvent également être régularisés. Un capital fiscalement prescrit désigne les revenus et capitaux qui ne peuvent plus être imposés en raison de la prescription fiscale. La régularisation assure aussi une immunité pénale.

Relèvent aussi des « autres revenus » les revenus qui doivent être déclarés par un fondateur ou tiers bénéficiaire d’une construction juridique (trust, fondation ou entité off-shore) ainsi que les revenus de compte ou assurance étrangère/off-shore.

La déclaration doit être complète et volontaire. Cela signifie que tous les revenus et capitaux non déclarés doivent être régularisés. La possibilité de régularisation est exclue pour les contribuables contre lesquels une enquête par une institution publique est toujours en cours.

Coût

Le taux pour une régularisation d’impôts sur les revenus et d’opérations-TVA est le taux normal applicable au moment où les revenus ont été obtenus ou reçus. En outre, une amende est due au taux de 20 % points en 2016, taux qui augmentera dans les années qui suivent. Supposons p.ex. qu’un bien mobilier doive être imposé à un taux de 25% : il faudra payer 45% (25% + 20%).

Les capitaux prescrits fiscalement peuvent être régularisés contre une perception de 36% du capital, taux qui lui aussi grimpera dans les années à suivre.

Renversement de la charge de la preuve

Lors des procédures de régularisation précédentes, le déclarant pouvait lui-même déterminer quel montant il fallait déclarer. Avec la procédure actuelle, le déclarant doit prouver lui-même, année par année, que les revenus, sommes, opérations-TVA et capitaux fiscalement prescrits ou une partie de ceux-ci ont subi le régime d’imposition normal. Cet exercice difficile est dû au partage des compétences entre les fiscs fédéral et régional.

En pratique, le déclarant devra prouver que le capital provient de revenus qui ont subi le régime normal d’imposition. Cette preuve n’est pas évidente à rapporter et entraînera probablement des problèmes pratiques. Il semble que le Point de contact-régularisation devra ici aussi adopter une position pratique. En outre, un pre-filing pourrait être introduit pour des dossiers complexes.

Conséquences de la régularisation

En principe, tous types de dossiers de régularisation peuvent encore être introduits. Il ne faudra attendre un accord de coopération avec les Régions (prévu pour octobre) que pour les dossiers avec des successions. En outre, il faut que le Parlement flamand vote un décret séparé pour l’impôt flamand sur les successions, mais cela devrait se faire rapidement.

Lorsque la demande de régularisation a été approuvée par le Point de contact de régularisation, le déclarant/contribuable a 15 jours pour payer sans aucune réserve. Après le paiement, il recevra une attestation de régularisation qui prouve que le contribuable a volontairement régularisé ses revenus de base et/ou son capital fiscalement prescrit.

Une telle attestation de régularisation procure une immunité aussi bien fiscale que pénale.

Enfin, la déclaration de régularisation est aussi confidentielle. Dans le cas où, pour quelque raison que ce soit, la demande de régularisation n’aboutirait pas à une attestation de régularisation, le Point de contact-régularisation ne pourrait sous aucun prétexte communiquer cette information à l’administration fiscale locale.

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

Schéma

 cdc



12-11-19 Valse hybrides: eindelijk duidelijkheid (min of meer)
Zogenaamde “valse” hybride auto’s worden vanaf volgend jaar fiscaal behandeld als een overeenstemmend model zonder hybride technologie. Bijna twee jaar na de aankondiging van de maatregel weten we nu wat een “overeenstemmend” model is. Althans in theorie. In de praktijk zal het wachten zijn op de lijst die de fiscus binnenkort publiceert.....lire la suite
 
12-11-19 Nieuwe antimisbruikbepaling: fiscus krijgt dan toch ongelijk
Met de oude versie van de algemene antimisbruikbepaling (artikel 344, §1 WIB 1992) leek de fiscus in de rechtspraak vaak bot te vangen. Daarom werd die bepaling in 2012 herschreven. Bedoeling was om het toepassingsgebied te verruimen, zodat de fiscus er vaker gebruik van zou kunnen maken. Afgaand op de eerste vonnissen in eerste aanleg, leek die ambitie waargemaakt te worden. Maar nu voor het eerst een hof van beroep zich uitspreekt, blijkt de fiscus minder reden tot juichen te hebben.....lire la suite
 
05-11-19 Kostenaftrek voor flat aan zee: discussie gesloten?
Onlangs heeft het Hof van Cassatie een negatief oordeel geveld over een vruchtgebruikconstructie en over de aftrek van kosten voor vastgoed dat in een vennootschap zit. Dat arrest heeft ruime weerklank gevonden in de media. Op het eerste gezicht wordt het moeilijker voor vennootschappen om nog kosten af te trekken voor woningen die ter beschikking staan van de bedrijfsleider voor privégebruik of die verhuurd worden aan derden. Het Hof van Cassatie brengt in elk geval een interessante nuance aan bij zijn fameuze “midzomerarresten” van 2015. Maar de discussie is daarmee nog lang niet gesloten.....lire la suite
 
02-10-19 Regeling aanslag geheime commissielonen bevat discriminatie
Een vennootschap die (bijv. aan haar bedrijfsleider) een voordeel verstrekt waarvoor ze geen fiches opmaakt, kan aan de aanslag geheime commissielonen ontsnappen als de genieter van het voordeel ondubbelzinnig geïdentificeerd wordt binnen 2,5 jaar. Maar wat als de genieter kort na het verstrijken van die termijn alsnog geïdentificeerd wordt en de fiscus hem toch nog kan belasten? Volgens het Grondwettelijk Hof zou het al dan niet respecteren van die termijn geen verschil mogen maken. Het is niet de bedoeling dat de afzonderlijke aanslag tot dubbele belasting leidt.....lire la suite
 
site web par webalive