nlfren
PRINT
SITEMAP | DISCLAIMER
About Us   Practice Areas   Lawyers   Co-ordinates   News   Jobs  
Les revenus d'origine étrangère : À quelle sauce vont-ils être mangés ?
 
Lorsqu'un revenu d'origine étrangère recueilli par un résident belge est imposable dans l'État de la source conformément aux dispositions de la Convention préventive de double imposition, la Belgique doit en principe exempter ce revenu avec réserve de progressivité (art. 155 du C.I.R. 92).

L'administration fiscale a, dans une circulaire de 2010, précisé les conditions dans lesquelles les revenus d'origine étrangère sont exemptés en Belgique (circulaire AAF n° 4/2010 du 6 avril 2010). En effet, il convient de faire une distinction suivant que l'article 23 de la Convention utilise les termes :

Revenu "imposable" dans l'État de la source conformément à la Convention;

Revenu "imposé" dans l'État de la source conformément à la Convention;

Revenu "effectivement imposé" dans l'État de la source conformément à la Convention.

Ainsi, selon la formulation utilisée dans la Convention préventive de double imposition, la Belgique accordera ou non l'exemption sur les revenus d'origine étrangère.

1. Les revenus "imposables"

La plupart des Conventions préventives de double imposition conclues par la Belgique, suivent le modèle de convention fiscale concernant le revenu et la fortune de l'OCDE. L'article 23 dudit modèle dispose que "lorsqu'un résident d'un État contractant reçoit des revenus ou possède de la fortune qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables dans l'autre État contractant, le premier État exempte de l'impôt ces revenus ou cette fortune, sous réserve des dispositions des paragraphes 2 et 3" (revenus mobiliers et la réserve de progressivité).

L'expression "imposable" implique que la Belgique doit accorder l'exemption sans avoir égard au régime fiscal tel qu'appliqué aux revenus dans l'État de la source. Ainsi, la Belgique ne pourra refuser l'exemption et ce, même si l'État de la source ne prévoit aucun impôt sur le revenu en question ou prévoit une exonération dans sa législation fiscale (circulaire AAF n° 4/2010 du 6 avril 2010 ; P. MOREAU, "Exemption vaut impôt": genuanceerd bevestiging in nieuwe circulaire", Fisc. Act., 2010, n° 31, p. 4-12).

2. Les revenus "imposés"

L'exemption ne sera octroyée en Belgique que lorsque les revenus d'origine étrangère sont imposables dans l'État de la source et qu'ils ont été "soumis" dans cet État au régime fiscal qui leur est normalement applicable.

Dans la circulaire précitée, l'administration fiscale considère qu' un revenu est imposé à

l'étranger au sens de l'article 156 CIR 92, lorsqu'il a subi le régime fiscal qui lui est normalement applicable dans le pays d'origine". Par ailleurs, le fisc se réfère à la jurisprudence issue de l'arrêt de cassation du 15 septembre 1970 (arrêt "Sidro"). Selon la Cour de cassation, la condition d'imposition à l'étranger n'est assortie "d'aucune modalité fondée sur la nature, la forme ou le montant de l'imposition à l'étranger dès lors qu'il (le revenu) est assujetti à un régime fiscal dans le pays d'origine". Par conséquent, le juge du fond devait, selon la Cour, rechercher" si l'absence d'imposition ne trouvait pas sa source dans les dispositions légales de ce régime fiscal".

Les cas dans lesquels l'administration fiscale considère que les revenus sont "imposés" dans l'État de la source sont: 

Lorsqu'aucun impôt n'est dû dans l'État de la source en raison d'une exemption expresse prévue par la législation interne de cet État; 

Lorsqu'un impôt est légalement dû dans l'État de la source mais que l'autorité légitime de cet État renonce à la perception de cet impôt; 

Lorsqu'aucun impôt n'est dû dans l'État de la source en raison de l'octroi de déductions fiscales, réductions d'impôt ou autres avantages fiscaux prévus par la législation fiscale de cet État.


Il ressort de l'arrêt "Sidro" que seule une exemption prévue par la législation de l'État de la source permet d'échapper à la taxation en Belgique en ce qui concerne les revenus d'origine étrangère recueillis par un résident belge. Ainsi, une exonération prévue par un Protocole d'accord ou un Mémorandum d'accord signé entre les représentants du Ministère des Affaires Étrangères ne peut être prise en considération en vue de bénéficier de l'article 23 de la Convention préventive de double imposition. 

Dans un ruling du 17 février 2009, le Service des Décisions Anticipées a également considéré que les revenus sont réputés " imposés " dans les Émirats Arabes Unis (et que par conséquent, la Belgique devait accorder l'exemption) et ce, même si aucun impôt n'avait pas encore été prélevé dans cet État à défaut d'un arrêté d'exécution mais que le décret prévoyait la possibilité d'une taxation rétroactive une fois cet arrêté adopté (Ruling n° 800.465 du 17 février 2009, www.fisconet.be). Et rajoute qu' une taxation effective des revenus n'est pas une condition d'exonération de ces revenus en Belgique. La terminologie utilisée à l'article 23 § 2, a) de la convention (préventive de double imposition) n'implique qu'une condition d'imposition mais pas de taxation effective" (M. VAN KEIRSBILCK, "Exemption vaut impôt": volstaat mogelijke retroactieve heffing ", Fisc., 2009, n° 312, p. 6).

3. Les revenus "effectivement imposés"

Un revenu est effectivement imposé dans l'État de la source lorsque ce revenu est soumis à l'impôt dans cet État et n'y bénéficie d'aucune exemption fiscale.

Un revenu est dès lors considéré comme "effectivement imposé" lorsque ce revenu est repris dans la base imposable sur laquelle un impôt est calculé et ce, même si aucun impôt n'est dû dans l'État de la source en vertu des déductions fiscales et/ou des réductions d'impôt.

4. La charge de la preuve incombe au contribuable

Un contribuable résident de la Belgique est imposable sur l'ensemble de ses revenus mondiaux. L'article 5 du C.I.R. 92 dispose en effet que l'ensemble des revenus, y compris ceux d'origine étrangère, perçus par un résident belge sont imposables en Belgique.

Pour bénéficier de l'exemption prévue à l'article 23 de la Convention préventive de double imposition, il appartient au contribuable d'apporter la preuve qu'il est satisfait aux conditions liées à cette exonération. La preuve du droit à l'exonération peut être apportée par tout moyen de droit, à l'exception du serment. A défaut, l'administration fiscale refusera d'accorder l'exemption en ce qui concerne les revenus d'origine étrangère.



12-11-19 Valse hybrides: eindelijk duidelijkheid (min of meer)
Zogenaamde “valse” hybride auto’s worden vanaf volgend jaar fiscaal behandeld als een overeenstemmend model zonder hybride technologie. Bijna twee jaar na de aankondiging van de maatregel weten we nu wat een “overeenstemmend” model is. Althans in theorie. In de praktijk zal het wachten zijn op de lijst die de fiscus binnenkort publiceert.....read more
 
12-11-19 Nieuwe antimisbruikbepaling: fiscus krijgt dan toch ongelijk
Met de oude versie van de algemene antimisbruikbepaling (artikel 344, §1 WIB 1992) leek de fiscus in de rechtspraak vaak bot te vangen. Daarom werd die bepaling in 2012 herschreven. Bedoeling was om het toepassingsgebied te verruimen, zodat de fiscus er vaker gebruik van zou kunnen maken. Afgaand op de eerste vonnissen in eerste aanleg, leek die ambitie waargemaakt te worden. Maar nu voor het eerst een hof van beroep zich uitspreekt, blijkt de fiscus minder reden tot juichen te hebben.....read more
 
05-11-19 Kostenaftrek voor flat aan zee: discussie gesloten?
Onlangs heeft het Hof van Cassatie een negatief oordeel geveld over een vruchtgebruikconstructie en over de aftrek van kosten voor vastgoed dat in een vennootschap zit. Dat arrest heeft ruime weerklank gevonden in de media. Op het eerste gezicht wordt het moeilijker voor vennootschappen om nog kosten af te trekken voor woningen die ter beschikking staan van de bedrijfsleider voor privégebruik of die verhuurd worden aan derden. Het Hof van Cassatie brengt in elk geval een interessante nuance aan bij zijn fameuze “midzomerarresten” van 2015. Maar de discussie is daarmee nog lang niet gesloten.....read more
 
02-10-19 Regeling aanslag geheime commissielonen bevat discriminatie
Een vennootschap die (bijv. aan haar bedrijfsleider) een voordeel verstrekt waarvoor ze geen fiches opmaakt, kan aan de aanslag geheime commissielonen ontsnappen als de genieter van het voordeel ondubbelzinnig geïdentificeerd wordt binnen 2,5 jaar. Maar wat als de genieter kort na het verstrijken van die termijn alsnog geïdentificeerd wordt en de fiscus hem toch nog kan belasten? Volgens het Grondwettelijk Hof zou het al dan niet respecteren van die termijn geen verschil mogen maken. Het is niet de bedoeling dat de afzonderlijke aanslag tot dubbele belasting leidt.....read more
 
website by webalive